Garantes indispensables de la sécurité des occupants de bâtiments, les portes coupe-feu passent bien souvent inaperçues malgré leur importance capitale au sein des édifices.

Régies par de nombreuses obligations et législations, leur utilisation dans le cadre de projet d’aménagement intérieur est bien souvent cernée d’un flou et cela peut s’avérer particulièrement handicapant pour les utilisateurs comme pour les commanditaires de ces projets.

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir ce type d’équipement technique bien particulier, et tout ce qu’il implique en matière de réglementation, mais aussi de découvrir comment en opérer la mise en œuvre ainsi que tous les éléments à prendre en compte pour son installation.

Une porte coupe-feu qu’est-ce que c’est ?

Le rôle premier de la porte coupe-feu (PCF) est d’empêcher, dans le cas ou se déclencherait un incendie au sein d’un édifice, la propagation des flammes à l’ensemble du bâtiment.

Les portes coupe-feu font maintenant partie intégrante des dispositifs anti-incendie obligatoires dans les bâtiments, qu’ils soient privés ou publics. Leur présence et leur localisation dépend de l’année de construction du bâtiment.

La porte coupe-feu est une porte intrinsèquement technique. Il est important d’assimiler le fait que ce type de porte ne permet pas d’éviter ou d’éteindre les incendies. Mais sa mission est primordiale lorsque l’incendie se déclenche car elle compartimente les zones où les flammes sont présentes et permet de ce fait d‘éviter leur propagation au reste du bâtiment.

La résistance d’une porte coupe-feu aux flammes, dépend de son épaisseur. Plus la porte est épaisse et plus elle protègera longtemps du feu.

Elle est donc véritablement indispensable à la sécurité des occupants des bâtiments puisqu’elle permet aux pompiers et autres équipes de secours de se positionner sur les lieux avant que l’incendie ne soit incontrôlable, et de pouvoir intervenir en procédant à l’évacuation de l’immeuble, puis à la maîtrise et à l’extinction de l’incendie.

A l’instar des parois coupe-feu, les portes coupe-feu sont des dispositifs anti-incendie appartenant à la catégorie « passifs ».

Si les portes coupe-feu sont très majoritairement utilisées au sein des grands bâtiments et autres bâtiments publics, elle ne leur est pas réservée exclusivement. Ainsi, l’on peut utiliser ces portes dans des bâtiments privés et dans tout immeuble où des mesures de prévention contre-incendie sont nécessaires pour assurer la sécurité des personnes.

Règlementation et obligations

Les bâtiments, qu’il soient privés ou publics, sont soumis à de nombreuses obligations en matière de dispositifs anti-incendie. Ainsi, depuis 2009, la réglementation française impose à certains bâtiments la mise en place d’équipements passifs et actifs pour protéger les utilisateurs en cas d’incendie.

En ce qui concerne les portes coupe-feu, elles font partie des équipements de protection passive contre les incendies puisque leur action est une action de cloisonnement des espaces, dans le but de limiter la propagation du feu entre différentes parties du bâtiment. Cela permet notamment un gain de temps pour les équipes d’intervention en cas de sinistre.

Les textes réglementaires précisent le degré coupe-feu, exigé pour les parois et les portes, en fonction des dangers pris en compte. Dans le cadre de son fonctionnement au titre des mesures compensatoires, une commission de sécurité peut demander une paroi coupe-feu supplémentaire ou un degré coupe-feu supérieur qui n’est pas spécifié dans le texte réglementaire concerné.

La norme NF est recommandée voire obligatoire pour certifier de la résistance au feu des portes, notamment dans les ERP.

Homologation

Mais les bâtiments ne sont pas les seuls soumis à des obligations, les portes coupe-feu doivent, elles, être homologuées afin d’assurer une résistance au feu suffisante et une réaction adaptée en cas d’incendie. Elle doivent également faire l’objet d’une déclaration auprès de l’assurance, précédée d’un procès verbal, qui attestera de la conformité de l’installation.

De ce fait, une norme NF est obligatoire pour certifier de la résistance au feu des portes, notamment dans les ERP (établissements recevant du public). Il s’agit de la norme NF EN 1154/A1 de juin 2003, complétant la norme de 1997 NF EN 1154.

D’autres normes spécifiques traitent des portes coupe-feu également étanches aux fumées.

Certification

Les portes coupe-feu font l’objet d’un classification précise et scrupuleuse. Cette classification est réalisée en fonction de la résistance ainsi que de la réaction au feu de chaque typologie de porte.

La résistance au feu est le temps durant lequel la porte va résister et limiter la propagation des flammes et de l’incendie.

La réaction au feu prend en compte le comportement de la porte face aux flammes, si elle est en mesure d’alimenter ou nom l’incendie par exemple.

La classification française est la suivante :

SF : stable au feu. La porte conserve ses capacités de portance pendant le temps indiqué.

PF : pare flamme. La porte est stable et évite la propagation des flammes pendant le temps indiqué.

CF : coupe-feu. La porte est pare-flammes et évite la propagation des flammes et des fumées pendant le temps indiqué.

Chaque classification est accompagnée d’un chiffre indiquant le temps de résistance en cas d’incendie en heures : de ¼ h à 6 h. Exemple : PF 3h = pare-flammes et évite la propagation des flammes pendant 3 heures.

Comment l’utiliser

La porte coupe-feu a, dans l’apparence comme dans l’utilisation (simple ou double battant, va et vient…), et comme nous le disions précédemment, tout d’une porte traditionnelle. Certains modèles présentent un mécanisme que l’on appelle DAS (dispositif actionné de sécurité) et qui permet leur blocage ouvert ainsi que leur fermeture.

Dès lors qu’une alarme incendie est déclenché dans le bâtiment, l’électro-aimant retenant la porte la libère afin que celle-ci se ferme et puisse commencer à lutter contre la propagation des flammes.

Les portes sont conçues afin que les utilisateurs, lors d’un incendie, n’aient pas à les tirer afin de sortir de la zone de sinistre.

Les portes coupe-feu sont généralement placées aux extrémités des espaces intérieurs ainsi qu’au niveau des accès aux étages afin de limiter une propagation verticale particulièrement dangereuse.

L’installation peut être assurée par soi-même ou bien par le service d’un professionnel.

Différents types de portes coupe-feu

Plusieurs matériaux sont utilisés pour la fabrication des portes coupe-feu. Ainsi, il est possible de trouver des PCF en métal, en bois, ou vitrées, pour compartimenter les espaces stratégiques d’un bâtiment et fractionner des secteurs plus réduits.

Mais si il existe différents matériaux possibles pour concevoir les PCF, c’est surtout leur système d’ouverture qui les différencie et établie les différentes typologies, parmi lesquelles :

• La porte guillotine : La porte guillotine est utilisée pour des zones très spécifiques comme les couloirs des laboratoires par exemple. Ce sont des portes qui sont ouvertes la plupart du temps. Elle ne se ferme que lors de l’activation du système anti-incendie.

• La porte coulissante : Cette typologie de porte a été conçue pour un usage particulier : elles sont utilisées pour des bâtiments à risque du fait de l’activité que l’on y mène. Il s’agit de portes automatiques (fonctionnant grâce à un moteur) ou semiautomatiques (fonctionnant grâce à un système de contrepoids)

• La porte rideau : La porte rideau a été conçue pour équiper des zones particulièrement spacieuses.

• La porte battante :  Plus « classique » des portes coupe-feu, la porte battante fonctionne grâce à un système de charnière et ne s’ouvre que d’un côté. Cette typologie de porte est majoritairement utilisée au sein des Etablissements recevant du public (ERP) tels que les hôpitaux, les écoles ou encore les bibliothèques et centres culturels.

Isospace

N’oubliez pas qu’Isospace conçoit et réalise l’aménagement et la décoration de vos bureaux de A à Z. Que vous aménagiez de nouveaux bureaux ou que vous rénoviez vos locaux, nos équipes vous accompagnent à chaque étape et seront en mesure de vous guider dans la réalisation de vos projets d’aménagement, et notamment en matière d’équipement techniques et de certification et homologation de vos bâtiments.

Si cela vous intéresse et que vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter !