L’agora du Pressensé Veepee, réalisé par Isospace à Saint-Denis (93)

À la fois salle de conférence, lieu d’examen et salle de travail, l’ampithéâtre doit être confortable et fonctionnel. Sans oublier qu’il faut assurer la sécurité du public et optimiser les mètres carrés.

Alors comment aménager un amphitéâtre en respectant les normes techniques et sécuritaires, tout en créant un espace harmonieux et accueillant ? Suivez le guide, on vous dit tout !

Une configuration pratique et esthétique

Un amphithéâtre ne doit pas être confondu avec une salle de classe ou un réfectoire. La grande différence ? Les tables et les chaises sont fixées au sol. Impossible donc de changer la disposition de ces éléments au fil des évènements.

Résultat, il est essentiel de penser à l’implantation avant les travaux suivant la surface disponible !

D’autres points sont également à prendre en compte : l’orientation des sièges pour bien voir le tableau, les évacuations incendie et les obstacles existants (marches, poteaux, etc.).

L’aspect esthétique a aussi son importance pour que les participants passent un moment agréable, surtout s’ils restent plusieurs heures dans l’amphithéâtre.

Des normes à respecter pour un aménagement optimal

Comme tous les lieux recevant du public, les amphithéâtres sont soumis à des normes bien précises pour assurer la sécurité de tous. Voici ici quelques-unes des plus importantes.

D’abord, les sièges doivent être fixés au sol et solidaires grâce à une barre inter-rangée.

Chaque rangée doit comporter 16 sièges maximum entre 2 circulations ou 8 sièges lorsqu’il y a une seule circulation. Les sièges bénéficient d’un espace de 35 cm minimum afin de faciliter le passage. Il est toutefois possible d’ajouter un siège supplémentaire en augmentant de 2 cm la distance entre les assises et la table. Ainsi une lignée de 18 places correspond à une inter rangée de 39 cm.

Pour les salles composées de sièges mobiles, les assises sont accrochées les unes avec les autres par un système de clic.

Quant à la distance entre chaque siège, elle est comprise entre 50 et 60 cm maximum. Celle-ci diffère selon le confort du siège et des matériaux. Par exemple, si l’assise est composée d’une coque bois, on peut opter pour 50 cm de distance. À l’inverse, pour une chaise agrémentée de mousse et de tissu, on privilégie 55 cm car la mousse prend de la place !

Il est également important de prendre en compte les règles d’accessibilité destinées aux personnes à mobilité réduite. Ainsi, on considère qu’il faut 2 places adaptées lorsqu’il y a 50 places dans un amphithéâtre. On ajoute une nouvelle place adaptée par tranche de 50 personnes supplémentaires.

Évidemment, tous ces éléments sont contrôler par les bureaux d’études et les commissions de sécurité afin que tout soit parfaitement en règle !

Aménager un amphithéâtre pour assurer un maximum de sécurité

Dans un amphithéâtre, rien n’est laissé au hasard.

Prenez par exemple la tablette, savez-vous qu’elle doit anti-panique afin de pouvoir être relevée très facilement et se ranger automatiquement dans l’accoudoir ?

Des contrôles sont d’ailleurs réalisés tous les 2 ans afin de vérifier le bon fonctionnement du mécanisme. Idem pour l’assise ! Si celle-ci est rabattable, il faut qu’elle soit également anti-panique, c’est-à-dire qu’elle remonte sans accroc.

Pour lutter contre les incendies, plusieurs mesures sont à prendre. D’abord, il faut que tous les tissus utilisés soient M1 ignufigé de manière à être incombustibles. La fixation des fauteuils est aussi soumise à des normes : le sol en béton doit avoir une densité minimale et le sol en bois doit bénéficier d’une épaisseur de 2,22 mm.

L’idée à retenir ? Pour assurer la sécurité, rien ne doit entraver la circulation ! Il est donc important que le sol, qu’importe sa configuration (plat, gradin ou pente), soit normé.

Par exemple, pour une salle de 1 à 19 personnes, le dégagement doit être de 1 unité de passage (UP) de 90 cm. De 20 à 100 personnes, comptez 2 dégagements de 2 UP de 90 cm ou un dégagement central de 120 cm. Au-delà de 101 personnes, il faut prévoir 2 dégagements d’une largeur égale à une unité de passage par 100 personnes + une unité.

Concrètement, s’il s’agit d’un amphithéâtre de 400 places, il faudra 90 cm + 40 cm, soit 2 dégagement de 130 cm.

Des spécificités adaptées aux PMR

Pour les personnes à mobilité réduite, les dimensions ne sont pas les mêmes car il est nécessaire de garder suffisamment de place afin de faciliter le passage des fauteuils.

Ainsi, il est indispensable d’avoir un dégagement de 140 cm à proximité des assises PMR. Comme évoqué précédemment, la loi prévoit 2 emplacements PMR pour les 50 premieres places et un nouvel emplacement toutes les 100 places supplémentaires. Ainsi, si vous avez une salle pouvant accueillir 255 personnes, il vous faudra 4 assises PMR.

Un aménagement normé de A à Z

À la différence d’une salle de classe classique ou d’un réfectoire, tous les éléments d’un amphithéâtre sont fixes.

Il est donc essentiel de prendre les bonnes mesures en amont afin d’éviter les mauvaises surprises lors de l’aménagement. Prenez par exemple les gradins, la hauteur sous plafond de la derniere rangée doit etre au minimum de 230 cm.

Les pentes des circulations peuvent atteindre 15 %, mais au-delà de cette valeur, des paliers doivent être impérativement aménagés ! Quant aux marches, le giron doit être supérieur ou égal à 280 mm. La hauteur de la marche est aussi réglementée : elle doit être inférieure ou égale à 160 mm. Au-delà, des contre-marches sont prévues.

Sans oublier qu’il faut également penser à un éclairage modulable, ainsi qu’à des équipements : vidéoprojecteur monté sur un support ou fixé au plafond, connexions pour la projection de documents, chevalet de conférence, tableaux interactifs ou numériques, micro posé sur un support, enceintes, etc…

Bref, vous l’avez compris, aménager un amphithéâtre ne s’improvise pas. Heureusement, vous pouvez faire confiance à des professionnels comme Isospace pour trouver le mobilier adéquate et vérifier si l’ensemble des normes sont respectées !