L’aménagement des bureaux d’une entreprise ou d’un espace de coworking nécessite de prendre en compte de multiples critères.

Parmi eux, nous retrouvons notamment celui du partage de la surface. Cela permet de créer un environnement agréable et propice à la productivité, tout en faisant des économies non négligeables.

Dans cet article, nous vous en disons plus sur le macro-zoning et le micro-zoning, deux approches essentielles pour un aménagement de bureaux réussi.

Qu’est-ce que le macro-zoning ?

Dans le cadre d’un projet de space planning, c’est-à-dire l’optimisation de l’aménagement des bureaux et des espaces collectifs, plusieurs objectifs sont à atteindre.

Au-delà d’utiliser du mieux possible les surfaces mises à la disposition de l’entreprise, il s’agit de contribuer au bien-être et à la performance des usagers des locaux.

Alors que près de 86 % des salariés français affirment que l’aménagement de leur environnement de travail agit significativement sur leur productivité, veiller à la praticité et au style des lieux est devenu un enjeu majeur.

Pour obtenir des résultats répondant aux attentes du plus grand nombre, il existe diverses approches.

C’est le cas, par exemple, du macro-zoning, qui s’intéresse à l’aménagement global des espaces. En d’autres termes, cela consiste à réfléchir comment les différentes zones d’un même lieu peuvent coexister.

Pour un espace de coworking, par exemple, le macro-zoning permet de créer des bureaux individuels, des salles de réunion et de conférence, des open spaces ou encore des espaces de détente et de restauration.

Dans une entreprise, le macro-zoning est utile pour respecter les règles de communication entre les différents départements de la société. Un bon agencement favorise effectivement les échanges entre les salariés, tout en préservant la possibilité de s’isoler pour mieux se concentrer.

Chacun des services ayant des caractéristiques spécifiques, le macro-zoning a pour but d’en définir précisément les contours, afin que les agencements puissent être optimaux pour les utilisateurs.

En quoi consiste le micro-zoning ?

En parallèle du macro-zoning, qui correspond donc à une approche globale, il existe la méthode de micro-zoning.

Elle consiste à répartir les différents espaces individuels, grâce au cloisonnement des bureaux et à l’installation des postes de travail.

Les travaux et aménagements effectués suivent une logique d’ergonomie. Cela signifie que les espaces sont pensés pour répondre aux besoins de l’entreprise, comme à ceux des futurs utilisateurs. Cette fois-ci, l’approche est donc davantage centrée sur une problématique.

Dès lors que le micro-zoning est défini, il est possible de procéder à l’implémentation détaillée. Cette étape concerne le choix du mobilier, l’installation des climatiseurs et des éclairages, ou encore l’aménagement sur-mesure.

Sont également abordés le type de cloisonnement, les revêtements du sol et muraux, le style des portes, ainsi que le type de plafond.

Il s’agit véritablement de donner vie aux espaces, en leur attribuant une identité propre. C’est également à ce moment précis que les décisions en termes de décoration de bureau peuvent être prises.

Pourquoi est-il important de s’intéresser aux deux approches ?

Le macro-zoning et le micro-zoning sont donc deux approches complémentaires. Lors d’un projet d’aménagement, il est difficile de ne pas avoir recours à ces deux méthodes, tant leurs objectifs sont intimement liés.

Ci-dessous, nous vous présentons quatre raisons pour lesquelles vous devriez vous y intéresser plus en détails.

Vérifier la faisabilité du projet

Grâce au macro-zoning, il est possible de mettre en place l’ergonomie générale du bâtiment à aménager. L’objectif est, en effet, de définir la localisation des différents départements, la fonction des espaces et leur organisation les uns par rapport aux autres.

Ces choix sont effectués en fonction des surfaces disponibles, des accès, des flux ou encore des éléments déjà mis en place, comme les prises électriques ou les sorties d’eau.

Le micro-zoning, quant à lui, permet d’aller davantage dans le détail. Chaque pièce est ainsi scrutée, afin de préciser les choix retenus lors de l’étape de macro-zoning.

En tenant compte des impératifs des lieux, certains projets pourront voir le jour, tandis que d’autres devront être améliorés, voire abandonnés.

Concevoir en détails les aménagements imaginés

Une fois la faisabilité du projet confirmée, ces deux méthodes ont pour objectif de concevoir en détails les aménagements.

Par l’intermédiaire de plans et de projections en 2D et en 3D, les envies des équipes à l’initiative des travaux peuvent être matérialisées. Il est alors envisageable d’effectuer des ajustements avant que les premières interventions des prestataires aient lieu.

Les présentations obtenues grâce à l’utilisation de logiciels adaptés sont utiles dans le cadre d’échanges collaboratifs.

Par exemple, si les dirigeants d’une entreprise souhaitent recueillir les avis de leurs salariés, ils possèdent des supports concrets pour leur expliquer les aménagements des espaces communs, mais aussi ceux des bureaux individuels.

À nouveau, le macro-zoning et le micro-zoning sont très complémentaires, puisqu’ils facilitent les prises de décision à différents échelles.

Estimer les coûts au plus près de la réalité

En adoptant une démarche globale, pour aller progressivement vers le détail, il est plus facile d’estimer au mieux les coûts que ces aménagements peuvent engendrer.

Aménager des espaces, afin de les rendre fonctionnels et agréables, tout en tenant compte des normes de la législation du travail et des contraintes des lieux, peut s’avérer compliqué.

De même, en cas de non-respect des règles de sécurité ou d’une mauvaise analyse de la typologie des surfaces, des dépenses supplémentaires peuvent être nécessaires.

Le macro-zoning et le micro-zoning réduisent drastiquement les risques d’erreur. L’estimation du budget nécessaire à l’aménagement des espaces est donc plus fiable.

Gagner en efficacité lors de l’aménagement effectif des lieux

Définir précisément en amont les aménagements des bureaux individuels et des espaces collectifs permet aux équipes de gagner du temps lors des travaux, ainsi que de l’installation du mobilier et de la décoration.

Les étapes ayant été pensées dans leur intégralité et à différents niveaux, il ne reste plus qu’à suivre les plans détaillés pour obtenir les résultats escomptés.

Une nouvelle fois, le macro-zoning et le micro-zoning sont complémentaires et contribuent à la bonne mise en œuvre d’un projet. Ils ne laissent pas de place aux doutes, rendant ainsi les démarches plus sûres et accessibles.